Les deux chiens Le chien tout seul
  • Exposition Vente, Toilettage et Éducation de chiots
  • entre Marseille et Aix-en-Provence.
    • Adresse : 13480 Plan de Campagne
    • T : : 04 42 02 92 06 - e-mail : marilyne@chiots.com
    • Horaires : Du mardi au dimanche de 10h à 19h
    Boxer
    Race :

    Boxer

    Autre nom : Aucun
    Classification : Groupe 9 - Section 11
    Pays d'origine : France
    Contactez-nous !
    Voir tous nos chiots disponibles à la vente

    Historique du Boxer

    Comme tous les dogues, le Boxer tire ses origines des grands molosses venus d’Orient, et qui se sont différemment adaptés en fonction des régions où ils se sont fixés. En Allemagne, dès le moyen âge, on l’a croisé avec le Büllenbeisser, pour en faire un chien de chasse apte à traquer l’ours ou le cerf. Plus tard, le Mastiff et le Dogue du Brabant lui ont apporté leur sang. En 1890, le Bulldog anglais à son tour a participé à la création du produit que nous connaissons aujourd’hui.

    Comportement et caractère du Boxer

    Le Boxer doit avoir des nerfs solides, être sûr de lui, calme et équilibré. Son caractère est d’une importance primordiale et on doit y apporter la plus grande attention en élevage. L’attachement et la fidélité dont le Boxer fait preuve envers son maître et toute sa famille sont réputés depuis toujours, ainsi que sa vigilance et son courage indéfectible comme défenseur. le Boxer est sans danger pour sa famille, mais méfiant à l’égard des étrangers, gai et amical quand le Boxer joue, mais le Boxer ignore la crainte quand le Boxer se fâche. le Boxer est facile à dresser grâce à sa docilité, à son assurance et à son courage, à son mordant naturel et à ses aptitudes olfactives. Avec cela, propre et d’un entretien facile, le Boxer est aussi agréable et précieux comme chien de famille que comme chien d’accompagnement, chien de défense et chien d’utilité. Son caractère est franc, sans fausseté ni sournoiserie, et le Boxer conserve ces qualités en vieillissant.

    Divers

    Chien très dynamique et impétueux, le Boxer est conseillé de le tenir en laisse et de ne le lâcher que dans des conditions de sécurité satisfaisantes. Bien que sans agressivité, son gabarit et son air sérieux peuvent impressionner. Durée moyenne de vie : Une douzaine d’années.

    Aspect général du Boxer

    Le Boxer est un chien de taille moyenne, au poil ras, d’aspect ramassé, à la construction carrée et à l’ossature puissante. La musculature, sèche et fortement développée, présente un modelé nettement accusé. Les allures sont vives, pleines de noblesse et de puissance. Le Boxer ne doit sembler ni lourd, ni pataud, mais le Boxer ne doit pas non plus manquer de substance, ni paraître léger.

    Proportions importantes :

    • Longueur du corps par rapport à la hauteur au garrot: la construction s’inscrit dans un carré, ce qui signifie que les lignes qui la délimitent, une horizontale pour le dos et deux verticales, l’une passant par la pointe de l’épaule, l’autre passant par la pointe de la fesse, forment un carré.
    • Hauteur de la poitrine par rapport à la hauteur au garrot: la poitrine descend jusqu’aux coudes; la hauteur de la poitrine est égale à la moitié de la hauteur au garrot.
    • Longueur du chanfrein par rapport à la longueur de la tête: la proportion entre la longueur du nez (mesuré de l’angle interne de l’oeil jusqu’au bout du nez) et la longueur du crâne (mesuré de l’angle interne de l’oeil jusqu’à la pointe de l’occiput) est de 1:2.
    • Taille : (mesurée du garrot au sol selon une verticale passant par le coude)
    • Mâles : 57 à 63 cm - Femelles : 53 à 59 cm
    • Poids : supérieur à 30 kg pour les mâles d’une taille d’environ 60 cm au garrot. Environ 25 kg pour une femelle d’environ 56 cm au garrot.
    • Robe du Boxer

    • Peau : Sèche, élastique, sans plis.
    • Poil : Ras, dur, brillant et serré.
    • Couleur : Fauve ou bringé. Les nuances du fauve vont du Jaune clair jusqu’au rouge cerf foncé, mais ce sont les tons intermédiaires qui sont les plus beaux (le fauve rouge). Le masque est noir. La variété bringée présente, dans le sens des côtes, des rayures foncées ou noires sur un fond de robe fauve qui peut passer par toutes les nuances décrites plus haut. Ces rayures doivent se détacher nettement du fond de la robe. En principe, les marques blanches ne sont pas à rejeter; elles peuvent même être d’un effet très agréable.
    • Tête du Boxer

      C’est la tête qui donne au Boxer son aspect caractéristique. Elle doit être proportionnée au reste du corps et ne paraître ni trop légère ni trop lourde. Le museau doit être aussi large et puissant que possible. La beauté de la tête repose sur le rapport harmonieux entre le museau et le crâne. Quelque soit l’angle sous lequel on examine la tête, de face, de dessus ou de profil, le museau doit toujours rester proportionné au crâne, c’est-à-dire ne jamais paraître trop petit.

      La tête doit être sèche, donc ne pas présenter de rides. le Boxer est toutefois naturel que des rides se forment sur le crâne lorsque le chien dresse les oreilles, ou, Si les oreilles ne sont pas coupées, lorsque le chien est en éveil. Les rides qui, de chaque côté, partent de la racine du nez vers le bas, sont, elles, marquées en permanence. Le masque sombre se limite au museau et doit se détacher nettement de la couleur de la tête, afin de ne pas assombrir l’expression de la face.

      Le crâne doit être aussi étroit et cubique que possible. le Boxer est légèrement bombé, ni trop court en forme de boule, ni plat, ni trop large, l’occiput pas trop haut. Le sillon frontal n’est que faiblement marqué; le Boxer ne doit pas être trop profond, surtout entre les yeux.

      Stop : Le front forme avec le chanfrein une cassure nettement marquée. Le chanfrein ne doit pas être renfoncé comme chez le bull dog, mais ne doit pas non plus être tombant.

      Truffe : Large, noire, très légèrement remouchée ; les narines sont largement ouvertes. L’extrémité de la truffe est placée un peu plus haut que la racine du nez.

      Museau : le Boxer doit être puissamment développé dans les trois dimensions de l’espace, et donc ne paraître ni pointu, ni étroit, ni court, ni plat. Ses caractéristiques sont influencées par a) la forme des mâchoires, b) l’implantation des crocs et c) le dessin des lèvres. Les crocs sont implantés aussi loin que possible l’un de l’autre et sont d’une bonne longueur. De ce fait, la face antérieure du museau devient large, presque carrée et forme un angle obtus avec le chanfrein. Devant, le bord de la lèvre supérieure repose sur le bord de la lèvre inférieure. Le menton, ensemble formé par la partie recourbée vers le haut de la mâchoire inférieure et la lèvre inférieure, ne doit pas dépasser exagérément la lèvre supérieure, mais le Boxer doit, encore moins, être masqué par elle; de face comme de profil, le menton doit être bien marqué. La gueule fermée, les crocs comme les incisives de la mâchoire inférieure ne doivent pas être visibles, la langue non plus. Le raphé médian de la lèvre supérieure est bien visible.

      Babines : Les babines complètent la forme du museau. La lèvre supérieure est épaisse, renflée et vient combler le décalage formé par la mâchoire inférieure plus longue; elle est supportée par les crocs de cette dernière.

      Denture : La mâchoire inférieure dépasse la mâchoire supérieure en se recourbant légèrement vers le haut; le Boxer est prognathe. La mâchoire supérieure est large à son point d’attache avec le crâne et ne perd que très peu de largeur vers l’avant. La denture est puissante et saine. Les incisives sont disposées en ligne droite le plus régulièrement possible, les crocs bien écartés l’un de l’autre et de bonne taille.

      Joues : Le développement des joues doit être en rapport avec la mâchoire puissante, sans toutefois faire trop fortement saillie; elles vont plutôt se fondre dans le museau en formant un léger arrondi.

      Yeux : Les yeux foncés ne doivent être ni trop petits, ni globuleux, ni enfoncés dans l’orbite; le regard reflète l’énergie et l’intelligence sans paraître menaçant ni perçant. Les bords des paupières doivent être de couleur foncée.

      Oreilles : Attachées haut, taillées en pointe, de longueur modérée, portées verticalement, pas trop larges à la base. Les oreilles non coupées doivent être de dimension appropriée, plutôt petites que grandes et minces au toucher. Attachées bien écartées l’une de l’autre, de chaque côté du crâne en son point le plus haut, elles viennent s’appliquer le long des joues quand le chien est au repos. Lorsqu’il est attentif, les oreilles devraient retomber vers l’avant en formant nettement un pli.

      Cou du Boxer

      Sa ligne supérieure dessine, depuis la nuque bien marquée, une courbe élégante jusqu’au garrot. Le cou doit être d’une longueur généreuse, rond, puissant, musculeux et sec.

      Corps du Boxer

      Carré. Le tronc repose sur des membres robustes et droits.

      Garrot : le Boxer doit être marqué.

      Dos : L’ensemble dos et rein doit être court, solide, droit, large et fortement musclé.

      Croupe : Légèrement inclinée, à peine arrondie et large. Le bassin doit être long et large surtout chez les chiennes.

      Poitrine : Elle est haute et descend jusqu’aux coudes; sa hauteur est égale à la moitié de la hauteur au garrot. Poitrail bien développé. Côtes bien arrondies sans être cylindriques s’étendant loin vers l’arrière.

      Ligne du dessous : Dessine une courbe élégante vers l’arrière. Flancs courts, tendus et légèrement relevés.

      Queue : Attachée plutôt haut que bas, amputée court et portée vers le haut.

      Membres du Boxer

      Vu de face, les antérieurs, verticaux et parallèles, doivent présenter une forte ossature.

      Epaules : Longues et obliques, bien attachées au thorax, pas trop chargées de muscles.

      Bras : Long, le Boxer formé un angle droit avec l’omoplate.

      Coude : Ni trop serré contre le thorax, ni décollé.

      Avant-bras : Vertical, long, sec et musclé.

      Poignet : Fort, bien marqué sans être bouleté.

      Métacarpe : Court, presque perpendiculaire au sol.

      Pieds de devant : Petits, ronds; doigts serrés; coussinets épais et durs.

      Arrière-main

      Très fortement musclé, avec une musculature duré et très saillante. Vus de derrière, les membres postérieurs doivent être droits.

      Cuisse : Longue et large. Angles des articulations de la hanché et du genou aussi peu obtus que possible.

      Grasset : En station normale, le genou doit avancer suffisamment pour être tangent à une droite perpendiculaire au sol abaissée dé la pointe de la hanché.

      Jambe : Très musculeuse.

      Jarret : Fort, bien marqué, sans que la pointe soit retroussée. L’angle du jarret doit être d’environ 140°.

      Métatarse : Court, faiblement incliné, dé 95-lOOo par rapport au sol.

      Pieds de derrière : Un peu plus allongés que ceux de devant. Doigts serrés avec des coussinets épais et durs.

      Allure du Boxer

      Vive, pleine de force et de noblesse.