Les deux chiens Le chien tout seul
  • Exposition Vente, Toilettage et Éducation de chiots
  • entre Marseille et Aix-en-Provence.
    • Adresse : 13480 Plan de Campagne
    • T : : 04 42 02 92 06 - e-mail : marilyne@chiots.com
    • Horaires : Du mardi au dimanche de 10h à 19h

    L'arrivée du chiot à la maison

    Enfin, le grand jour est arrivé !

    Le chiot que vous avez choisi va rejoindre votre foyer. Cette arrivée doit bien sûr se prévoir et se préparer à la fois matériellement et psychologiquement (surtout s'il s'agit du premier chien du foyer).

    Il faut tout d'abord bien avoir en tête que le monde du chien n'est pas le nôtre et il va donc falloir l'aider au mieux à s'intégrer.

    Une femme et son chien dans une maison

    La préparation de l'arrivée

    Tout d'abord, il convient d'acquérir le matériel nécessaire :

    • Deux écuelles, de préférence en acier inoxydable plutôt qu'en plastique car elles seront plus faciles à nettoyer (donc plus hygiéniques) mais aussi car elles auront une durée de vie plus importante (le chiot ne peut pas les mordiller)
    • Une laisse : évitez les laisses à enrouleur, difficiles à manier (surtout en ville) et mauvaises pour l'apprentissage
    • Un collier : n'oubliez pas qu'il devra s'adapter à la croissance du chiot.
    • Une médaille portant le numéro du chien et votre numéro de téléphone.
    • Un panier ou une couverture : choisissez de préférence un panier en plastique, que vous agrémenterez d'une couverture ou d'un coussin lavable. Un panier en osier est difficile à nettoyer et surtout, le chiot risque de se blesser (perforation) en ingérant des morceaux d'osier. Pensez également à choisir un panier qui sera assez grand pour le chien adulte
    • Une brosse, de préférence avec un côté brosse classique (type poils de sanglier) et l'autre côté à picots métalliques.
    • Un shampoing spécial chien, qui respectera son épiderme, beaucoup plus fragile que le nôtre.
    • Des jouets (plutôt robustes) et des os à mâcher
    • Une pince à couper les griffes, dont votre vétérinaire vous expliquera l'utilisation. Plus l'animal sera habitué jeune à cet exercice, plus il sera docile

    Pensez à éloigner ou à mettre hors d'atteinte du chiot le maximum d'objets tentants pour lui (chaussures, fils électriques, plantes toxiques…). En effet, le chiot a tendance à avaler tout ce qui lui passe sous la truffe. Dans ce cas, n'hésitez pas à lui ouvrir la gueule et à lui retirer tout objet indésirable. Cela l'habituera également à ce que vous le touchiez n'importe où. Il est très important de le toucher souvent partout, afin d'éviter de mauvaises réactions de sa part plus tard. Tout maître doit être capable d'enlever un os de la bouche de son chien, cela montre votre domination sur lui.

    Il vous faudra également prévoir une alimentation appropriée :

    • L'idéal, au départ, est de vous renseigner auprès de votre éleveur afin d'acheter la même nourriture, tout du moins au début. En effet, tout changement brutal d'alimentation, pourra amener le chiot à avoir de la diarrhée, et le chiot pourra également refuser ce nouvel aliment. Tout changement alimentaire, même pour un adulte, doit se faire progressivement : mélangez un peu du nouvel aliment avec l'ancien, en augmentant progressivement les doses du nouvel aliment et en diminuant celles de l'ancien. La période de transition doit s'étaler au minimum sur quinze jours.
    • Malgré ces précautions, de la diarrhée peut toujours apparaître car les chiens sont physiologiquement fragiles de ce point de vue, mais si la diarrhée devait persister plus de deux jours, mieux vaut consulter votre vétérinaire.
    • Pour les chiots de petite race, il est nécessaire de lui fournir une alimentation adaptée, dite " junior " ou " puppy ", et cela jusqu'à l'âge de 7 mois au moins, c à d jusqu'à la fin de sa croissance
    • Pour les chiots de race de taille moyenne, il est nécessaire de lui fournir une alimentation adaptée, dite " junior " ou " puppy ", et cela jusqu'à l'âge de 12 mois au moins, c'est à dire jusqu'à la fin de sa croissance
    • Pour les chiots de grande race, il est nécessaire de lui fournir une alimentation adaptée, dite " junior " ou " puppy ", et cela jusqu'à l'âge de 18 mois au moins, c à d jusqu'à la fin de sa croissance.

    Je recommande surtout une alimentation solide (croquettes) pour des raisons de meilleure digestibilité. En effet, les aliments humides (boîtes) sont surtout riches en eau, donc pour une même quantité de nutriments réellement absorbés, il faut donner beaucoup plus d'aliments en boîtes. En terme de coût, les croquettes sont plus intéressantes. De plus, avec une alimentation humide, le chien émet de plus grandes quantités de fèces et de gaz, peu agréables. Quant à l'alimentation dite ménagère, c'est à dire faite par les maîtres, cela est très fastidieux si l'on veut bien faire car il faut tout peser. En général, cette alimentation est toujours fortement carencée en calcium, phosphore et vitamines, ce qui est très mauvais pour la croissance. Si vous optez pour cette solution, seul un vétérinaire peut vous indiquer exactement les aliments et les doses à utiliser, selon l'âge et la race de votre chien.

    Préférez donc les aliments industriels, spécialement étudiés pour nos compagnons selon leur poids et leur âge, donc bien équilibrés. Les suppléments comme le calcium en comprimés ne sont pas indiqués si vous utilisez des aliments juniors, déjà enrichis. Un excès de calcium peut même être très dangereux.

    Il ne faut pas oublier que les rations sont indiquées en général sur les paquets, selon le poids et l'âge, et qu'ils sont suffisants. Evitez donc les restes de table, le sucre (un morceau pour un chien de 20 kg correspond à 20 morceaux pour un homme de 70 kg) ainsi que le chocolat (risque d'intoxication pour le chien). Si vous " craquez ", on trouve aujourd'hui des friandises spécialement étudiées au métabolisme du chien.

    Enfin, ayez toujours à portée de main de la teinture d'iode (Bétadine ND) pour les petites plaies et de l'eau oxygénée (non piquante) pour les blessures hémorragiques.

    L'arrivée à la maison

    Le chiot va devoir trouver sa place dans la hiérarchie et pour cela il va falloir tout d'abord trouver une place pour le panier dans un endroit calme. Le panier ne doit pas être situer dans un endroit de passage ni dans un lieu d'où le chien peut voir les allées et venues des maîtres. En effet, le chien se sentirait en position de domination sur la meute. L'exemple à éviter à tout prix est que le chien dorme dans la chambre et cela même les premiers temps si le chiot pleure. Il en prendrait vite l'habitude. Quand vous décidez de partir et de laisser le chiot seul, il ne faut pas lui faire d'adieux mais rester totalement indifférent pendant les 20 minutes précédant votre départ. De même lors de votre retour, ne lui témoignez aucun geste de réconfort et ignorez-le, vous pourrez le caresser quand il aura fini de vous faire la fête. Gardez bien à l'esprit que c'est toujours vous qui devez avoir l'initiative des caresses car vous êtes le dominant.

    Si vous avez des enfants, il faudra bien leur expliquer de ne jamais déranger le chiot dans son panier car c'est désormais son domaine. De plus, un chiot doit beaucoup dormir, il faut donc éviter que les enfants ne le dérangent pendant son sommeil, cela évitera qu'il ne devienne irritable. Bien sûr, il ne faut jamais, et cela quel que soit l'âge, le caractère et la race du chien, laisser un enfant seul avec un chiot ou un chien, même s'il est le plus gentil du monde.

    L'éducation

    Tout d'abord, la première règle est de toujours rester cohérent, c'est-à-dire ne pas autoriser une chose que vous avez refusé la veille. Une bonne éducation nécessite de la fermeté mais toujours sans aucune violence. Comme je l'ai déjà évoqué précédemment, le chiot va devoir trouver sa place dans sa nouvelle " meute " et il ne faut jamais oublier que le monde du chien est totalement régulé par des rapports de hiérarchie, c'est à dire de dominance/soumission. Pour que le chiot ne devienne pas dominant mais reste soumis, il existe quelques règles simples :

    • S'adresser au chiot par mots brefs et jamais par de longs discours incompréhensibles pour lui, par exemple : " non ", " c'est bien "…
    • Le chiot doit manger à heures fixes (pour réguler son transit digestif) et toujours avant ou après ses maîtres (dans la meute, le dominant mange avant les autres). Il ne faut jamais le regarder manger, il prendrait cela comme un acte de soumission de votre part. Ne lui laissez pas la gamelle à volonté, il risquerait de devenir obèse. Enlevez-lui la gamelle s'il s'en va alors qu'il n'a pas fini : cela lui apprendra à finir et vous permettra de ne pas lui laisser à volonté. Un chien qui a faim mange toujours et l'on n'a jamais vu un chien se laisser mourir de faim, sauf dans des cas rares où le chien perd son maître car alors il déprime.
    • Ne rien lui donner à table, de toutes façons, les restes sont mauvais pour lui. Si vraiment vous souhaitez le faire, alors attendez la fin du repas et donnez-lui dans son écuelle
    • Au début, ne dites son nom que lors de moments agréables, de plus il n'est pas utile de l'appeler sans arrêt, cela ne le fera pas retenir son nom plus vite
    • Empêchez-le de vous mordiller lorsqu'il joue car ses petites dents de lait (déjà de belle taille) vont vite laisser place à des crocs plus impressionnants et il ne comprendra pas qu'on lui interdise tout d'un coup une chose qu'on lui a autorisé pendant des semaines. Il doit apprendre très tôt à contrôler sa mâchoire, son mordant (et cela reste une affaire de spécialiste)
    • Ne le laissez jouer qu'avec ses propres jouets et ne le laissez mordiller que ses os à mâcher. En effet, il ne fera pas la différence entre une vieille et une chaussure neuve. Le chiot a besoin de se faire les dents et les os à mâcher seront bien mieux pour tous que les barreaux de chaise ou les pieds de table !

    L'éducation de la propreté est primordiale et nécessite un investissement important en temps et en patience. Un chiot maîtrise ses sphincters dès l'âge de 2,5-3 mois, mais un chiot peut ne devenir propre que vers l'âge de 5-6 mois sans que cela ne soit forcément pathologique. De sa mère, il a déjà appris qu'il ne faut pas souiller sa couche.

    La meilleure méthode est bien sûr de sortir le chiot le plus souvent possible et à des moments stratégiques : après le repas, après le jeu et surtout lors du réveil (la réplétion de la vessie est souvent la cause du réveil). Si vous ne pouvez pas le sortir aussi souvent, le journal permet de lui apprendre à se maîtriser. Placez le journal dans un endroit où le chiot aura toujours accès. Mettez-lui une surface de journal assez importante et changez le dès qu'il est souillé. L'apprentissage ne doit jamais se faire de manière punitive mais de façon positive : si vous surprenez le chiot en train de déféquer, saisissez-le par la peau du cou, secouez-le légèrement (comme le fait sa mère) et déposez-le sur le journal en le félicitant, c à d en le caressant sur la tête et en lui disant " c'est bien ". Petit à petit, vous rapprocherez le journal de la porte et dès qu'il se dirige vers celui-ci, sortez-le. Vous pouvez également De même, dehors, félicitez-le dès qu'il se soulage (pendant qu'il fait et pas après) en le caressant ou en lui donnant une friandise. Les friandises peuvent être systématiques au début puis aléatoire, pour que le chien garde la notion de plaisir. Lors des premières promenades à l'extérieur, essayez de toujours aller au même endroit, si possible calme. En suite vous augmenterez le trajet et le nombre des rencontres avec les bruits et les personnes. Si vous rencontrez une personne avec un autre animal, assurez-vous de l'état d'esprit du chien et n'hésitez pas à les laissez se renifler, c'est très important pour la socialisation du chiot. De plus, ne rentrez pas le chiot dès qu'il s'est soulagé car celui-ci associera la fin de la promenade avec le fait qu'il est fait ses besoins.

    Une chose également très importante à comprendre, et cela quelle que soit la bêtise, est que le chien ne comprend la punition que sur le fait. Le punir lorsque vous découvrez les dégâts ne sert à rien car le chiot ne fait pas la relation entre l'émission des fèces ou de l'urine et la punition. Le chien vit sur le présent. Même si de nombreuses personnes rapportent le fait que quand elles rentrent, le chien se cache car il sait qu'il a fait des bêtises, c'est en fait que le chien se soumet. IL sait que son maître va se fâcher car il y a des souillures, mais en fait, il associe les souillures à la punition et pas le fait qu'il ait fait des souillures.

    De plus, ne nettoyez jamais les souillures en sa présence car il prendra cela pour un jeu : quoi de plus amusant que les fanfreluches du lave-pont ! N'utilisez ni Javel ni produit à base d'ammoniac, dont l'odeur attire les chiens.

    Lors des punitions, ne jamais hurler sur le chiot, mais prononcez un " non " d'une voix ferme, en inclinant le torse vers le chiot (c'est une position de dominant) et ne le regardez jamais dans les yeux (cela signifie que l'on veut engager le combat) mais fixez les flancs (signe de domination). Dès que le chien s'aplatit ou va dans son panier, c'est qu'il se soumet et cela signale la fin de la punition.

    Une autre grande étape de l'éducation est l'apprentissage de la laisse. Un chiot est capable de " comprendre la laisse " à partir de l'âge de 3-4 mois. Habituez-le déjà à la maison en le faisant vous suivre au pied, tout en jouant : décrivez des huit ou faites des demi-tours, il vous suivra par jeu. Ensuite, habituez-le au collier à la maison, puis à la laisse. Il ne faut jamais tirer le chien en le traînant. S'il ne vous suit pas, donner un coup bref sur la laisse et appelez-le, s'il ne vous suit toujours pas, lâchez la laisse, ignorez-le et continuez votre route, il vous suivra.

    Une fois le chien propre et habitué à marcher en laisse, apprenez-lui le caniveau. C'est une attitude de civisme de la part des propriétaires de chiens qui permettra de réconcilier les gens avec nos compagnons.

    L'hygiène

    Un chien propre se sent bien et son maître aussi. Il n'est pas nécessaire de laver un chien à poils courts, sauf s'il revient boueux ou qu'il s'est roulé dans des " matières nauséabondes " ! Comme je l'ai déjà indiqué plus haut, utilisez toujours un shampoing pour chien adapté à l'épiderme très fin et sensible du chien (celui du chien est trois fois plus fin que le nôtre), même un shampoing pour bébé est encore trop agressif. A part ces cas, un brossage quotidien est suffisant pour éliminer poils morts et poussières. L'hygiène interne est également très importante via la vermifugation : tous les mois jusqu'à 6 mois puis tous les 3 mois. Surveillez également les oreilles et surtout n'utilisez jamais de coton-tiges, non adaptés au conduit auditif du chien.

    Ainsi, bien se préparer à l'arrivée du chiot est primordial pour faire les bons gestes face à ce petit être qui évolue dans un monde à lui et qui va devoir s'adapter au nôtre. Notre rôle est de s'adapter à son langage pour qu’à la fois le maître et le chien s'épanouissent ensemble.